Travailler en entreprise adaptée permet à des personnes en situation de handicap d’exercer des métiers innovants et d’avoir des carrières évolutives. Ludovic nous raconte comment il est passé de mécanicien à motion designer.

La découverte du graphisme dans un ESAT

J’ai effectué ma scolarité à l’école jusqu’en 4ème avant d’intégrer un IEM à Basse-Goulaine par le biais duquel j’ai obtenu un CAP de mécanicien parcs et jardins. J’étais pensionnaire, alors même si j’étais en milieu protégé, j’avais l’impression d’être déjà indépendant. Je suis ensuite entré dans un ESAT proche de chez moi, à Landerneau pour faire l’entretien des espaces verts et réparer les machines.

Après quelques années, on m’a proposé d’essayer de travailler en PAO. Je suis toujours curieux de découvrir des nouveautés et d’apprendre. Quand je démarre une activité qui me plait, je m’implique facilement et je tiens à aller jusqu’au bout. Et puis, ce travail plus sédentaire correspondait mieux à la baisse de motricité liée à l’évolution de mon handicap. Ça devenait compliqué de me glisser sous les tondeuses et manipuler les machines dans tous les sens pour les réparer.

Après 800 heures de formation, j’ai pu intégrer un autre ESAT à Douarnenez pour faire de la PAO à temps plein dans un atelier. C’était vraiment super, mais comme j’avais fait presque tout ma scolarité en milieu ordinaire, mon souhait était d’intégrer le milieu de l’entreprise.

Mon arrivée à APF France handicap dans une Entreprise Adaptée

J’ai intégré l’Entreprise Adaptée APF France handicap « 3i Concept » à Briec en 2004 en « mise à disposition ». C’est-à-dire que je restais dépendant de l’ESAT, mais je venais travailler à l’Entreprise Adaptée tous les jours. J’ai eu encore diverses formations en PAO, et également en français, surtout pour améliorer mon orthographe. C’était aussi un volume important, 2 fois par semaine pendant 2 ans.

En intégrant comme salarié l’Entreprise Adaptée en 2006, j’ai pu continuer à être formé en PAO et en orthographe. Et puis très important, j’avais atteint un de mes objectifs d’intégrer le milieu ordinaire. Même si l’Entreprise Adaptée reste le milieu protégé, niveau production, c’est très proche du milieu de l’entreprise classique. Et puis la diversité des collègues est plus importante.

Ce qui m’a bien plu aussi, c’est d’être en contact direct avec les clients. En cas de besoin, je les appelle directement. Au début, j’avais un peu peur, et puis j’ai pris de l’assurance au fil des années. Maintenant, même en cas de problème, je n’ai aucune crainte pour prendre un appel. Petit à petit, on s’est mis à échanger de plus en plus d’emails, et là, mes diverses formations en orthographe me sont très utiles. Je sais que mes clients apprécient mon enthousiasme, mon professionnalisme et mon implication pour faire avancer les projets. C’est toujours agréable de recevoir directement leurs impressions et leurs remerciements.

Ludovic sur un film animé dans son entreprise adaptée

Ludovic travaillant sur un film d’animation

Découverte du Motion Design

Lorsqu’on m’a proposé de faire du Motion Design en plus de la PAO, ça m’a tout de suite intéressé. Ah ! Encore des nouveautés à découvrir ?! J’y vais tout de suite ! Et de nouveau j’ai eu une formation. Même si réaliser des films d’animation est une discipline compliquée techniquement, j’ai quand même rapidement pris quelques réflexes pour animer.

Etant une personne conviviale, je m’entends plutôt bien avec les collègues de Briec. Mais c’est aussi agréable de faire partie d’une équipe de Motion Design comme Animetik, avec des personnes dans d’autres établissements. On a réussi à créer une cohésion qui permet d’avancer dans les projets de manière fluide.

Au niveau professionnel, je suis content de mon parcours. J’aime ce que je fais et l’environnement de travail est agréable. Et au niveau personnel je suis plutôt épanoui aussi. J’habite à quelques minutes de l’Entreprise Adaptée, j’ai une voiture qui me permet même de rentrer déjeuner chez moi si j’en ai envie. Je suis marié et j’ai 2 grands enfants qui s’éloignent petit à petit du foyer familial. J’ai même pu fabriquer avec mon père un système pour adapter une trottinette électrique sur mon fauteuil roulant. Bon, après quelques essais, j’ai quand même commandé le modèle de chez Omni, beaucoup plus sécurisé.

Ludo et Charlotte

Ludovic essaye le système Omni présenté par Charlotte